Revue de Presse


Presse 1988 - 2018

Presse Gargamèla théâtre

2018 « Mais où est passée ma vigne »

« ...ta pièce qui révèle tant de situations vécues, dramatiques quelquefois, tout ça avec aussi une légèreté de ton, bref je me suis « régalée » sans oublier celle qui joue la mamette criante de vérité, et la musique qui va avec ! » D.T.

« merci à vous, j’y étais avec ma maman (plus toute jeune). Elle est elle aussi, d’une famille d’agriculteurs du sud de la France. Le déclin de l’occitan, le départ pour la ville, le retour à la terre une génération plus tard, ça nous a bien parlé ! Nous avons passé un moment agréable... ». C.V.


« Annette je me suis régalée au théâtre dans les vignes de Corèze cet après-midi. J’ai beaucoup aimé la pièce. Très belle articulation entre le passé et le présent. L’occitan entrant naturellement dans le texte avec les dictons, les chants. Un thème bien d’actualité aussi avec le bio, le souci de la nature. Des moments d’émotion, d’autres drôles. Les acteurs bons et vrais. Un régal. tu es forte Annette. Je te remercie pour ce beau moment... » L.B.


« Anne, qu’un plaser aqueste ser de veire la sala plena de monde venguts per assistir a la representacion de « mais où est passée ma vigne? »! Sala comola que risiá als moments requists e qu’auriá volontiers cantat...grand bonur de veire e d’ausir los tres comedians al melhor de sa fòrma ! Una pensada per tu que as talament plan racontat los cambiaments de nòstra societat e l’importància de la transmission! Mercé, mercé, mercé...E lo mond an picat de las mans quand es estat dit to nom d’autora, pròva bela que lo messatge es plan passat. » M.B.

2015 « Lo cese de Bertrand »
« …La mise en scène d'Anne Clément dynamique, précise et efficace mêle de jolies marionnettes d'animaux au jeu des acteurs. Jean Hébrard toujours sur scène déroule le fil rouge de l'histoire pendant qu'Isabelle François se démultiplie de façon époustouflante entre les marionnettes qu'elle fait vivre et parler… »
La setmana - A. Arnaud
« La représentation du "Cese de Bertrand" au théâtre de Muret fut une belle réussite. »
Festival Occitania Instiut d’Estuidis Occitans de Haute Garonne
2014 « Isabelina – lo passatge »
« , une superbe interprétation de Perrine Alranq, Isabelle François, Alain Vidal, Jean Hébrard, faite de tradition populaire et verbale, une mise en scène exceptionnelle, des costumes adaptés à chaque période historique…/…Un grand moment de plaisir… »
Midi Libre


2012 « Quant còsta ? »


2010 « Medea, Julia e las autras »


« Un beau moment de théâtre militant, accessible à tous. »
Midi Libre

« ...Anne Clément a une fois de plus démontré son talent de conteuse, diseuse, et les spectateurs étaient vraiment subjugués et absorbés par ce jeu de rôle d'une seule actrice. Le décor très sobre était à la mesure de la pièce… »
Midi Libre - C. Burdo
2009 « A l’entrada dels tems clar ou Aliénor d’Aquitaine »
« ...La pièce vive et bien enlevée.../… Chacun y trouve son compte et son plaisir . A conseiller, et merci à Anne Clément et au théâtre Gargamèla pour le travail qu’ils mènent, car il nous rend notre histoire et notre dignité. »
La Marseillaise - Jordi Péladan
.«..Anne Clément donne souffle et vie au personnage d’Aliénor et en fait une femme à la fois sensuelle et amoureuse mais qui ne perd jamais de vue l’importance du pouvoir, du patrimoine et de l’avenir de ses enfants. Alain Vidal est un Richard Cœur de Lion cruel et tendre, guerrier inébranlable et fils très attaché à sa mère, quant à Jean Hébrard il est plus qu’émouvant dans ses rôles : celui de Louis VII qui se croit cocufié par la belle Aliénor et aussi celui du malheureux et détestable Jean sans Terre. La mise en scène claire de Michel Froehly nous aide à suivre le fil de cette riche histoire. »
La setmana - Danielle Julien
2008 « La pastorala dels volurs » de Max Rouquette »
« La mise en scène d’Anne Clément sobre et dépouillée, mais toujours juste et rythmée, rend pleinement les deux aspects opposés de l’œuvre, la farce cynique et la poésie émerveillée, faite de tradition populaire et d’invention verbale. »
La Setmana
« Le niveau de la qualité de cette réalisation n’a rien à envier à aucune troupe “médiatisée” sur la place. Nous avons là une pièce jouée en Occitan et sous-titrée en Français comme cela se fait au

théâtre partout dans le monde. C’est tout simplement l’accès à la normalité pour notre théâtre comme celui de n’importe quelle langue. »
Revue OC


2007 « Jambon d’OC »
« …dans une langue ou plutôt dans le mélange de trois langues, nous plongeons au cœur de notre vécu, au sein de nos peines. Et pourtant par leur présence, par la force de leur jeu, Bernat Cauhapé et Anne Clément réussissent comme des clowns, comme des paillasses à rire en pleurant, à rire de leurs larmes et avec les pierres éboulées de la Tour de Babel ils construisent tout à la fois une cité radieuse et un bidonville honteux. »


« C’est farfelu, joyeux, profond et mené à vive allure.

La Marseillaise Jordi Peladan

Virtuosité des mots, des chansons, des langues qui tournent, virevoltent et nous emportent ( en français, en occitan et en anglais). On rit beaucoup. On a aimé. N’hésitez pas si ce spectacle passe près de chez vous… »


2006 « L’estrange estrengièr »

MIDI LIBRE

« Le thème de la pièce est d'actualité : l'acceptation des différences et la richesse qu'elles apportent, une éducation à la tolérance et une belle ouverture d'esprit…/…les rires fusent sur les répliques des artistes pétillants de vie et de malice. Une pièce bien rythmée, un décor qui renouvelle l'intérêt des enfants, une mise en scène très vivante d'Anne Clément (auteur de la pièce), tout cela a contribué à une belle réussite. »
MIDI LIBRE
2005 « Clara d’Anduze »
« Le texte juste et pourtant moderne utilise et met en valeur tous les textes connus de Clara, d’Uc, de la Chanson de la Croisade, en ancien occitan avec un projecteur qui assure la traduction en français pour le public. Un grand moment de plaisir et de découverte ou de retrouvailles avec un morceau de notre histoire et un pan de notre littérature. »
La Setmana
« Une fois de plus, mais ce n’est pas une surprise, le théâtre Gargamèla ranime le fabliau médiéval et bannissant toute facilité, réussit à donner une touche particulière au théâtre occitan. »
La Marseillaise

2004 « La Chimère »
« ...l’Histoire authentique des peuples, le Peuple, ce personnage collectif qui n’aspire qu’à vivre libre, tranquille et heureux...On aime que le théâtre se mette au service de cette Histoire-là ! »
La Marseillaise
« ...La rencontre entre ces deux hommes donne lieu à un très grand moment de théâtre, grâce à la beauté d’un texte écrit par Anne Clément, et au talent des deux comédiens, Jean Hébrard et Alain Vidal… »
Midi Libre
« ... Il y avait dans ce splendide texte d'Anne Clément tout ce qui fait l'homme : sa foi, son délire, sa passion, son humour, sa lassitude, sa tendresse, sa nostalgie (que les mots décrivant les senteurs du pays étaient beaux…).
André Joffart Comité de diffusion du spectacle vivant





2002 « Abraham Mazel/prophète-Camisard »
« Le talent d’Anne Clément réside non seulement dans l’écriture, mais dans la faculté à rendre présentes, contemporaines, universelles les grandes questions qui agitèrent notre pays. – Camisards – Maquisards – Toute une culture cévenole – Les fous de Dieu – emplissaient l’espace, le temps d’une soirée. L’ovation fut à la hauteur du plaisir exceptionnel des spectateurs. »
Le POIVRIER
2001 « Contes et chansons d’un pays : Les Cévennes »
« Anne Clément et sa complice galloise Millie Dolan racontent des histoires abracadabrantesques sur la création des Cévennes par Dieu, la vie des Camisards et des mineurs, les déboires d’un Ogre où pèle mêle apparaissent Adam et Ève, Georges Bush, un coucou atteint de la grippe aviaire et des chansons Occitanes…/… »
LA CROIX G.M.

...Entre réalité et fiction, ces contes foisonnant d’anecdotes, cocasses et pittoresques. Ils évoquaient tour à tour le monde paysan et le monde industriel, les temps mythiques et les faits d’aujourd’hui…/...après des applaudissements très nourris, le voyage à travers les Cévennes prenait fin.»
Midi Libre

2001 « La fabuleuse aventure de Ramon de Perilhos »
« Une représentation des plus originale. Un spectacle servi par une mise en scène et un jeu d’acteur remarquables »
Midi Libre
« C’est de l’excellent théâtre, très bien mis en scène…/…Sans aucun temps mort et servi par de très bons comédiens…/…Une heure et quart de réel plaisir visuel et auditif. »
La Marseillaise Henri Lépine


2000 « Femmes / Nouvelles »
« Nous tenons à vous remercier de ces belles minutes de fascination, car c’est bien de fascination qu’il s’agit. Madame Clément a su captiver son public par la dramatisation magistrale des textes de son répertoire… »
Les Professeurs du Département de Philologie Française Université Centrale de Barcelone

1998 « Esclave, Esclaves »
"Un spectacle a l'impressionnant visuel (...). Estagel eut une ouverture à son image, généreuse ».
- Le Travailleur Catalan
"Une présentation sans faute (...). Une soirée qui eu le don de plaire à un maximum de spectateur".
L'indépendant - Perpignan

1998 « Mine de Reins »
« …la mise en scène mesurée d'Anne Clément a entraînée l'adhésion du public (...). On rit souvent, sans pour cela cesser de se poser des questions."


1998 « La Sainte »

Le Travailleur Catalan

"Une époustouflante caricature digne du fantasme de Fellini (...).Anne Clément offre une performance extraordinaire."


"Cette femme magistralement interprétée par Anne Clément."

Midi Libre

La Marseillaise



1997 « Les fils de la guerre »
« théâtre de texte, d 'amour, mais aussi mélange orignal et heureux de genre: la parole dite, la parole chantée, la parole faite musique: percussion, tuba, contrebasse sont là pour dialoguer, pour souligner ».



1997 « Lo joc de la cabra »

L'indépendant
Le Midi Libre

« La pièce est enlevée, visuelle, rythmée. La langue fonctionne et les comédiens « en donne ». Le public du Grau du Roi a fait une ovation ».


1995 « Les Foudres de Dionysos »
« Les Foudres de Dionysos" véritable couronnement d'un magnifique festival."

Midi Libre


Aktuel


« C’est de l’excellent théâtre, très bien mis en scène, ….Sans aucun temps mort et servi par de très bons comédiens…Une heure et quart de réel plaisir visuel et auditif. »
La Marseillaise
1994 « Histoire du Soldat »
"On retrouve avec bonheur le tempérament remarquable qu'apporte Anne Clément dans le paysage théâtral."
Midi Libre
“ Musique et mise en scène convergent ainsi dans une même réussite globale. Un beau travail. ”
La Marseillaise

"Superbe mise en scène par Anne Clément."

"Si ce soldat passait chez vous, écoutez sa musique."


Le Travailleur Catalan

Rouge

"Dans l'heure et quart de ce spectacle, c'est tout simplement une petite réussite qui passe ".
La Liberté de Friburg
1991« La Mort de Mozart »

"Mêlant harmonieusement le chant, le théâtre et la participation du public, Anne Clément fit démarrer le festival sur les chapeaux de roues."
Le Travailleur Catalan

« Par son sens sacré du théâtre, Anne Clément nous appelle à partager…/… à la démesure, à nous grandir »
La Dépêche du Midi "On retrouve avec bonheur le tempérament remarquable qu'apporte Anne Clément dans le paysage théâtral."
Midi Libre

1991 « La Foutiste »
Une vraie découverte. La foutiste de et par Anne Clément s'impose à l'espace Hérault...
L'avant scène théâtre .André Camp
1990 « Les contes de Boccace »
« Il suffit de 5 nouvelles pour retrouver la gaillardise et la verve du « Décaméron ». Dans sa longue robe lamée, on la croirait sortie du « printemps » de Botticelli, « Les cheveux tors » - à la façon d’une folâtre italienne, Anne CLÉMENT interprète les personnages de ce savoureux
« Décaméron » avec un métier, un talent, un brio qui font plaisir à voir. »
Midi Libre
Y.P
« Paradoxalement, plus c’est câlin, canaille, coquin, plus c’est touchant, plus c’est humain !
Anne vous emmènera au septième ciel d’un théâtre fait d’une chair qui vit et palpite. Bon voyage… »



« à elle seule, elle parvient à recréer les cours des palais Italiens du Quatrocento ».

Radio Libertaire
J.M.D.

Le Journal de Toulouse

1990 « Florian ou Le neveu de Voltaire »
Crée par Gargamela-Théâtre, sur un texte et une mise en scène de Anne Clément, ce neveu de Candide, contemporain de la Révolution n'est autre que Jean-Pierre Claris de Florian…Surprise. Par ses réponses mordantes et sa sympathie rousseauiste, Florian renvoie chaque membre de ce tribunal d'exception à sa propre histoire et à son enfance, et conclut: «Si je n'ai pas gagné la notoriété dans un monde qui aujourd'hui a pratiquement oublié Voltaire j'ai gagné le droit de m'en retourner d'où je viens.»
Une leçon de morale par celui qui fit aussi découvrir au public d'Estagel qu'il avait écrit une version de «La Carmagnole» et: «Plaisir d'amour ne dure qu'un moment, chagrin d'amour dure toute la vie...».

L’Humanité Pierre Agudo

1989 « Carnavalès »
« Il est parfois des soirs magiques où la bouffonnerie se fait reine, avec ses extravagances, son grotesque, sa joie »
Midi Libre

« Une atmosphère n'allant pas sans rappeler la mise en scène d'Alexandre Newsky, l'humour en plus ».
La Marseillaise

1988 « Que grand tu as Gargantua »
"Une atmosphère n'allant pas sans rappeler la mise en scène d'Alexandre Newsky, l'humour en plus".
La Marseillaise
"Un spectacle complet, rondement troussé. Un régal pour les yeux…/…Anne Clément vient de réussir un pari superbe ".


"Il fût grandiose de truculence, de génie créateur, d'humour et d'intelligence ".

Le Provençal La Montagne